Project Description

L’isotrétinoïne a été découvert par hasard. En testant cette molécule sur des patients cancéreux, son fabricant Hoffmann-La Roche avait remarqué qu’il donnait aux malades une vraie peau de bébé. Le géant de l’industrie pharmaceutique l’a donc fait homologuer comme médicament contre l’acné en 1982.

Quelque 150 effets secondaires ont été attribués à cette molécule tératogène, y compris des psychoses et le suicide. Roche l’a retirée de certains marchés lorsque le brevet est arrivé à échéance et, aujourd’hui, l’isotrétinoïne est aussi commercialisée sous forme générique.

Son usage est censé se limiter aux cas d’acné sévère, mais les chiffres de ventes indiquent qu’il suffit d’avoir deux ou trois boutons pour qu’on vous la prescrive.

Découvrir l’enquête complète.